madonna_and_child_breastfeeding

Madonna and Child Breastfeeding, Kate Hansen

Un bébé d'1 mois et demi, exclusivement allaité, vit depuis plus d'une semaine des fins d'après-midi difficiles et sa maman aussi. En effet, à ce moment là de la journée il tire beaucoup sur le sein et "hurle". Sa maman se dit qu'elle n'a pas assez de lait et que son bébé a faim. Pourtant le reste du temps, la nuit comme le début de journée, les tétées se passent très bien. Il y a une semaine le bébé a été hospitalisé, cela s'est relativement bien passé. D'ici 1 mois et demi environ, la maman doit reprendre le travail à temps plein et cela la stresse beaucoup car elle aimerait vraiment ne pas avoir à donner de lait artificiel à la nounou pendant son absence. Elle a commencé à tirer son lait afin de s'assurer que son bébé voudrait bien le boire au biberon. Le bébé a accepté à plusieurs reprises,  donné par sa maman ou pendant une absence. Comme elle va reprendre le travail et que son bébé semble avoir faim en fin de journée, le pédiatre a recommandé d'introduire un biberon. Avant de commencer, la maman souhaitait avoir notre avis. Elle se demande aussi quel lait en poudre serait le plus proche du lait maternel dans le cas où elle n'aurait pas assez de réserve...

Aucun lait en poudre n'est proche du lait maternel.  Le lait artificiel est  constitué de lait de vache modifié et tant bien que mal enrichi de vitamines et autres minéraux. C'est une poudre industrielle qui, une fois reconstituée, donnera un liquide sans commune mesure avec le lait maternel. Sous des marques différentes, ces préparations pour nourrissons sont les mêmes et  si besoin, cette maman choisira donc la marque qui lui convient avec l'aide d'un pédiatre ou d'un médecin.

Le comportement du bébé en fin de journée, très déstabilisant pour la maman, est fréquent, très fréquent, notamment vers la fin du premier mois, mais aussi à chaque fois qu'un bébé traverse une  poussée de croissance. La demande incessante de ce bébé et l'insatisfaction qui l'accompagne font penser que la maman manque de lait. C'est possible (quoiqu'il puisse aussi  s'agir d'un besoin de contact, d'exprimer des émotions, d'une réaction au stress de sa maman...) mais ce n'est pas grave et c'est surtout soluble ! Si l'on souhaite préserver le plus longtemps possible l'allaitement dans son exclusivité, la réponse n'est certainement pas l'introduction d'un biberon de lait artificiel. Au contraire ! Et comme l'a spontanément compris cette maman, en faisant téter alternativement le bébé plusieurs fois de suite les seins seront stimulés intensément et la lactation augmentera très vite (entre 24 et 48 h après). Le fait de changer de sein souvent est une réponse que cette maman avait donc trouvé  instinctivement mais il lui manquait la confirmation du bien fondé de sa pratique ! Et c'est là où la transmission de mère à mère fait cruellement défaut dans notre société... Cette maman a également constaté que porter son bébé pouvait le calmer : le portage est en effet un moyen très efficace pour rassurer le bébé, et permet à la maman, au papa ou toute personne en charge d'un bébé, de retrouver sérénité et confiance dans la relation avec le bébé.

Enfin, le fait que cette maman appréhende fortement les fins de journée ainsi que sa reprise du travail a certainement pour conséquence d'amplifier le problème car le bébé est sensible au stress maternel. Ceci ne signifie pas qu'on doive s'en vouloir, se culpabiliser (!), c'est juste que lorsque l'on identifie une possible source de mal-être chez le bébé on peut tenter de répondre de la façon la plus adéquate : on peut par exemple mettre des mots sur la situation à venir si on s'en sent capable, porter son bébé en peau à peau, allaiter debout dans une écharpe de portage, accueillir les pleurs du bébé si vraiment rien ne le calme, accepter de pleurer devant son bébé aussi... et chercher du soutien et une écoute  sans jugement auprès de personnes bienveillantes.

Il n'y a pas que des bons moments à passer quand on est parents, mais de ces difficiles moments passés on ressort à chaque fois grandis et forts pour l'avenir.