s_Gentle_Love_81x65

Gentle love, Xi Pan, 2009

La maman d'un bébé de 4 mois nous appelle car elle constate qu'elle produit moins de lait depuis quelques jours. Il y a une semaine, elle a repris le travail : 3 jours répartis sur la semaine mais avec une amplitude horaire de 8 h. Le bébé est nourri au lait maternel mais aussi au lait artificiel quand elle ne parvient pas à tirer suffisamment son lait au travail. Elle ne peut pas tirer plus de 2 ou 3 fois pendant son temps de travail. Et malgré le fait qu'elle utilise 2 tire-lait en même temps pour aller plus vite (un manuel et un électrique), les quantités ne sont parfois pas suffisantes pour le bébé. Elle s'inquiète donc pour sa production de lait, et cela d'autant plus que lorsqu'elle est avec son bébé celui-ci a tendance à rechigner sur le sein si le lait ne vient pas assez vite. Pour cela, elle a trouvé une astuce : elle met son bébé au sein, puis, dès qu'il le lâche par impatience, elle lui donne sa sucette quelques instants pour éviter qu'il s'énerve et le remet au sein dès qu'elle sent son lait venir. Le fait de faire patienter son bébé avec la sucette lui permet de se décontracter et de laisser les quelques précédentes succions agir sur la venue du lait. C'est efficace mais cette maman se désespère de devoir en passer par là. Que pourrait-elle faire pour augmenter sa quantité de lait ? Elle boit déjà de la tisane galactogène quotidiennement.

Les jours où elle est avec son bébé, elle peut faire quelques séances de tire-lait, même courtes pour activer sa lactation. Cependant, elle pense qu'en tirant son lait en plus des tétées son bébé va manquer de lait. C'est une crainte évoquée par de nombreuses mamans dans cette situation. Or il n'en est rien, au contraire. Le fait de stimuler davantage les seins augmente nécessairement la quantité de lait, ce qu'on constate dans les 24 à 48 heures suivantes. Bien sûr, le jour même, le bébé réclamera peut-être davantage mais pas d'affolement, la production de lait augmentera le plus souvent dès le lendemain, et dans tout les cas le bébé ne risque rien.

A la place de la tisane galactogène, et sur une courte période, cette maman peut faire une cure de fenugrec, très efficace pour relancer une production de lait. Lire l'article "Le fenugrec : effet galactogène rapide".

Enfin, pour cette maman, la reprise du travail et le nouveau rythme de vie ont pu provoquer un chamboulement qui génère un certain stress, influant sur son allaitement. Cela est fréquent mais pas forcément définitif. Trouver de nouveaux repères pour s'organiser au mieux est un atout pour faire durer l'allaitement même s'il n'est pas exclusif.