PICT0021

Maxime

L’allaitement m’a toujours paru la suite naturelle de la grossesse et de l’accouchement, aussi quand Maxime est né c’est tout naturellement que je l’ai allaité.

A la suite de mon congé maternité j’ai repris le travail à temps partiel de façon à ne travailler que les matins.  Ainsi pendant 3 mois et demi j’ai tiré le sein que je ne donnais pas le matin pour que Maxime ait un biberon en milieu de matinée, puis j’allaitais à la demande tout l’après-midi.

Lors de ma reprise à temps plein, la fatigue s’est fait sentir (beaucoup de stress au boulot)  et je n’arrivais plus à tirer suffisamment de lait pour assurer 2 biberons dans la journée (je rentrais à la maison à midi). J’ai quand même nourri mon fils au lait maternel pendant 3 semaines supplémentaires tout en commençant à introduire les purées de légumes puis les compotes le midi, puis je me suis décidée à lui donner un biberon de lait en poudre (bio, soit) par jour (l’après-midi chez la nounou).

Cette décision n’a pas été facile, mais aujourd’hui Maxime a 7 mois et demi et il tète encore dès que nous sommes ensemble, soit le matin, le midi et à partir de 18h, et en ce moment quand il veut car je suis en vacances !

Malgré cela, je suis critiquable de tous les côtés : pour les « puristes » j’ai cédé à la facilité et je ne fais peut-être pas assez d’efforts pour assurer un allaitement 100 % maternel ; pour les « autres » j’allaite encore et je devrais sevrer Maxime !

Mais en réalité, je me fis uniquement à mon ressenti et je suis heureuse de continuer d’allaiter sans être fatiguée, stressée, culpabilisée etc.  Je ne sais pas quand je sèvrerai Maxime, mais je ne suis pas pressée du tout !

Anne, maman de Maxime 7 mois et 1/2